Né en 1959, j'ai connu un système scolaire traditionnel, de type "égalité d'accès". Ce sytème donnait toute satisfaction à l'époque. Une partie seulement de la cohorte d'adolescents et adolescentes était scolarisée jusqu'à 18 ans ou au-delà, l'autre partie se dirigeant vers un travail vers 14-15 ans.

L'économie se développait et il y avait pléthore d'emplois. Un nombre suffisant d'entre eux étaient accessibles sans diplôme autre que le certificat d'école primaire.

La situation a changé: évolution des techniques, concurrence exacerbée, mondialisaton de l'économie obligent à beaucoup mieux former l'ensemble d'une cohorte. Ne pas le faire revient à condamner une nation à prendre le chemin de l'apauvrissement.

Le XXIe siècle exige des travailleurs formés, efficaces, fiables, capables d'indépendance et de prises d'initiative bénéfique. C'est tout l'enjeu des développements pédagogiques actuels: scolariser et amener à se développer au mieux les élèves que jusqu'ici l'école relègue.

Il faut pour cela différencier les méthodes pédagogiques, les parcours d'élève. L'époque d'un même moule pour tous est désormais révolue. Pour réussir un enseignement à la hauteur des enjeux actuels, chaque élève doit être important y compris dans ce qu'il a d'unique.

Le système "traditionnel" n'en est pas pour autant condamné: il convient pour former une élite. Chaque nation a besoin d'une élite.

Les systèmes alternatifs doivent permettre à une partie du "ventre mou" de la cohorte de rejoindre, en termes de compétences, l'élite formée par la méthode traditionnelle. Le chemin suivi sera différent, le point d'arrivée sera le même. L'autre partie de la cohorte doit recevoir un enseignement qualifiant de qualité. Cela signifie en particulier que la formation humaniste doit être suffisement complète pour permettre à chaque individu de se développer tout au long de la vie, professionellement et personnellement. Chacun doit comprendre le monde qui l'entoure et son évolution. Chacun doit pouvoir réagir positivement à ces évolutions et anticiper les conséquences pour sa vie personnelle.

Beaucoup du travail peu qualifié sera bientôt pris en charge par la robotique. Des (r)évolutions sociétales (et sociales) sont à prévoir dans un avenir pas si éloigné. Pour ne pas en être une victime, il faut en être un agent. Ce n'est possible qu'avec une bonne formation humaniste et technologique.

Le présent blog développe ma vision d'un système alternatif. Une école collaborative, connectée, sereine. Une école où les élèves sont actifs et réceptifs tout à la fois. Une école vraiment autonome, développant un vrai projet pédagogique et n'ayant pas peur de rendre des comptes quant aux performances scolaires des élèves qui y sont scolarisés.

Le contenu de ce blog personnel n'engage que son (ses) auteur(s).

360373-learning-lab-de-l-ecole-centrale-de-lyon-salle-de-codesign-5-510x_